Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 08:31

Vendredi 27 novembre 2020

Confirmation en appel de l'annulation du Congrès de la FD du Commerce

 

Le Congrès de Reims de 2018 est définitivement annulé.

Nous avons déjà longuement dénoncé sur ce blog les pratiques antistatutaires et les dérives autocratiques de la direction de la Fédération du Commerce (voir l’article de décembre dernier « Commerce CGT :  le tribunal annule le congrès ») et tous les articles à propos de la fédération ICI.

 

Elles avaient conduit cinq syndicats à demander l’annulation du Congrès, malgré toutes les pressions et les intimidations.

Aujourd’hui, la cour d’Appel de Paris vient de rendre son jugement : le jugement de première instance est confirmé sans réserve, et dans son argumentaire reprend la totalité des arguments de ces cinq syndicats. Nous publions ci-contre l’intégralité du jugement pour que chacun.e puisse en juger.

C’est donc une victoire en rase campagne pour les syndicats, et pour le fonctionnement démocratique interne à la CGT : oui, le congrès est celui des syndicats et la direction fédérale ne peut pas « s’approprier » les votes des syndiqués isolés non organisés, 70% une paille à la fédération du Commerce. C’est une bonne nouvelle pour toute la CGT, et un encouragement à l’organisation réelle des syndiqués et à un fonctionnement démocratique de nos syndicats.

C’est aussi un coup d’arrêt clair et net aux pratiques autocratiques de la direction de la fédération, et en particulier de son secrétaire Amar Lagha que nous dénonçons depuis des années.

Enfin, c’est une décision absolument inédite dans notre Confédération : un congrès juste annulé par la justice, pour ce qui n’est rien moins que de la fraude organisée !!!

On attend avec impatience et intérêt la réaction du Bureau Confédéral et de Martinez…

 

Maintenant, tout reste à faire, et la fédération est un champ de ruines, d’autant que ce ne sont pas les autres contradictions qui manquent (comme l’affrontement entre la CGT-HPE et l’US Commerce Paris).

  • Il va falloir désigner une direction provisoire pour assurer l’intérim et convoquer un congrès extraordinaire, qui soit cette fois conforme aux statuts.
  • Pour cela il va falloir déloger Lagha et sa bande, et ce n’est pas gagné, comme Trump il s’accroche becs et ongles. Déjà, en « prenant acte » de l’annulation du 15°Congrès, il reprend l’offensive en prétendant convoquer la CEF élue au 14° Congrès (en 2014 à Vichy !), CEF dont le mandat est terminé depuis trois ans et qui n’a absolument plus aucune légitimité (voir le document fédéral publié après connaissance du jugement d’appel ICI). Et si Lagha refuse de laisser la place, s’il s’obstine de magouille en magouille juridique (comme Trump), il va falloir à nouveau aller en justice pour obtenir la désignation d’un administrateur provisoire, à moins que la Fédération soit mise sous tutelle par la Confédération.
  • Il va falloir expliquer à l’ensemble des syndiqués actifs, qui n’ont pas vraiment suivi l’affaire ni compris la procédure, l’importance du jugement et des changements nécessaires.
  • Il va falloir trouver une direction alternative reconnue, ce qui n’est pas gagné dans une fédération où les militants manquent de formation, sont jeunes mais peu politisés, où les « affaires » se sont multipliées depuis au moins dix ans (voir notre section à ce propos, lien en début d’article).
  • Et ensuite il va falloir mettre en chantier l’organisation des syndiqués, le regroupement des isolés dans des syndicats locaux (US Commerces, syndicats professionnels dans les ULs etc.)
  • Et relancer l’activité revendicative et syndicale sur une base vraiment démocratique, sans abandonner tous les combats en cours. En particulier respecter les désignations démocratiques par les syndiqués de leurs représentants DS et DSC, contre la pratique dictatoriale de Lagha et de sa bande quand les candidats ne lui convenaient pas…

 

Bref, le jugement en appel est une victoire en rase campagne pour les syndicats intervenants, et c’est une excellente nouvelle, mais tout reste à faire en particulier pour l’avenir, pour éviter en particulier que la fédération sombre dans le chaos ou permette aux autocrates de revenir subrepticement à sa tête via de sombres magouilles juridiques…

Partager cet article

commentaires

LEVY Claude 11/12/2020 16:58

Quitte à passer pour un ignare peut on avoir la référence pour le lire du plan Macron Merkel qu'aurait signé MARTINEZ.
Par ailleurs pour en avoir pris plein la gueule à la manif du 5 décembre, notre petit stand de soutien aux IBIS BATIGNOLLES étant à 30 m de l'incendie principal,
je peux vous dire que des groupe de casseurs très organisés ont foutu un grave merdier nous empêchant de manifester et renforçant l'idée dans la population que la chienlit ça suffit.
Vas ramer après contre la loi de sécurité globale! Du temps des SO organisés de la CGT on s'occupait de ces individus pour que les messages syndicaux passent.
Ces merdeux se croient l'avant garde éclairée mais ils nous font plus de mal qu'autre chose. Seule une grève générale et le blocage des entreprises serait une réponse à la hauteur. mais ça s'est pas pour demain.....avec les MARTINEZ, GHAZI (UD US CGT PARIS) et consorts qui n'ont comme occupation que de tenter de liquider les syndicats les plus combatifs et de foutre en l'air les grèves comme celles de nos camarades de l'IBIS Batignolles qui sont en lutte depuis plus de 16 mois et mériteraient d'être soutenues par toute la CGT https://www.papayoux-solidarite.com/fr/collecte/caisse-de-soutien-a-la-lutte-ibis-batignolles.
Dernier exploit de Mr GHAZI, administrateur de la Bourse du travail de PARIS, ne pas répondre à notre demande de réservation de salle à la Bourse du travail le 16 décembre de 11h30 à 14h pour une conférence de presse avec notre avocat pour lancer une action historique contre le groupe ACCOR accusé de discrimination raciale et sexiste. Vive la cézété !

Olga 09/12/2020 11:59

"On attend avec impatience et intérêt la réaction du Bureau Confédéral et de Martinez…" Sérieux ?
Pour que les choses soient dites, notre secrétaire général, Philippe Martinez, a signé en catimini le plan Macron-Merkel. Plus libéral, tu meurs!
Oui, en catimini! Personne n'en est au courant!
C'est le secret. Voilà pour "l'impatience et l’intérêt"!
A priori, c'est bien la capitulation et la mise en danger de nos camarades qui luttent s'exposant à la police macroniste.
Signer le plan M-M s'est autoriser Didier Lallement dans sa répression fascisante. On l'a vu le samedi dernier le 5 décembre!

LEVY Claude 29/11/2020 07:26

Je ne partage pas la personnalisation des victoires ou des défaites. Mettre en avant des noms de dirigeants n'a jamais fait avancer le débat sauf à vouloir totalement infantiliser les directions syndicales.
Si effectivement les regroupements de syndiqués isolés ou de sections syndicales rattachées aux structures interprofessionnelles sans rattachement à une US Commerce et les modifications de statuts au dernier congrès de la fédération sont hautement critiquables il serait catastrophique de livrer la fédération aux bureaucrates de l'US Commerce CGT et de l'UD de PARIS qui démandatent les défenseurs syndicaux de la CGT-HPE avec les mêmes méthodes qu'ils critiquent, qui ignorent depuis 14 mois la lutte exemplaire des femmes de chambre de l'IBIS BATIGNOLLES en les accusant d'être manipulées par la CGT-HPE et n'hésitent pas à pactiser avec la presse patronale pour discréditer des militants CGT.
Alors comment sortir par le haut de cette affaire ?
1) mettre en place une direction intérimaire autour des permanents actuels de la fédération, composée de représentants des syndicats et seulement des syndicats fédérés, à la proportionnelle avec comme année de référence 2019, qui aura pour mission de préparer et convoquer dans les plus brefs délais le congrès
2) respecter l'autonomie des syndicats en arrêtant les mandatements ou dé mandatements par le haut
3) s'attacher à mettre en place des US commerce dans tous les département pour regrouper les isolés et les sections syndicales en syndicat.
4) lutter, encore lutter pour l'interdiction des licenciements dans tous les secteurs du commerce.
Celà passe par la réussite du 10 décembre 2020 de l'initiative dans la restauration collective et les HCR
Fraternellement
Claude LEVY

LEVY Claude 29/11/2020 14:30

Il n'est pas question de reconduire la direction d'avant arrêt de la Cour d'appel mais de s'appuyer sur les moyens syndicaux existant dans la transparence la plus totale.
Quant à personnaliser, Karl GHAZI n'a rien à apprendre d'Amar LAGHA quand il s'agit de tenter de détruire comme il le fait un syndicat aussi combatif que la CGTHPE. Il est aller jusqu'à cracher sur notre dos auprès de la Direccte et lui demander de ne pas favoriser le règlement du conflit des femmes de chambre d'Ibis Batignolles ce dont nous avons des écrits, et a servi la soupe au Parisien sans avoir le courage de se nommer. Les donneurs de leçons en démocratie doivent balayer devant leur porte.

Eugène 29/11/2020 10:02

Mettre en place une direction intérimaire autour des permanents actuels de la fédération ??? Donc autour de ceux qui ont construit la situation dans laquelle on se retrouve ?
Il y a nécessité d'une personnification quand une politique est représentée par un dirigeant, et c'est le cas de Amar Lagha qui se comporte en petit dictateur depuis qu'il est à la tête de la fédération (et même depuis bien plus longtemps, nous nous en sommes fait l'écho sur ce blog). Il serait impensable qu'il soit reconduit, même à titre intérimaire, dans ses fonctions.