Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
24 novembre 2018 6 24 /11 /novembre /2018 11:39

Samedi 24 novembre 2018

#CGTMeToo contre le sexisme dans la CGT !

 

Un groupe Facebook un peu spécial vient de se constituer à l’occasion de la journée internationale contre les violences faites aux femmes…

C’est-à-dire un groupe pour dénoncer les violences sexistes et machistes en interne à la CGT, contre les militantes.

Le déclencheur a été une affaire de harcèlement d’ouvrières de la part de délégués CGT dans des maisons de champagne. Après condamnation judiciaire, les militants CGT ont conservé le soutien total de la CGT !! Oufff… ça fait mal… On trouvera ci-contre l’intégralité de la tribune parue dans Libération le 22 novembre pour dénoncer ce soutien et appeler à participer à la marche du 24 novembre.

A ce propos, bon point pour Martinez qui est venu à leur rencontre pour l'occasion dans cette manifestation.

 

Nous le savons tous, c’est une vieille affaire et on ne va pas se cacher derrière son petit doigt : la CGT n’est pas à l’abri.

Même si la situation a un peu changé dans notre syndicat avec l’engagement plus important des femmes à tous les niveaux, il y a encore du chemin à faire. Les blagues sexistes, les gestes déplacés, le harcèlement (plus ou moins subtil ou carrément grossier) sont encore bien vivants dans notre syndicat. Et que dire des stages de formation où les femmes ne se retrouvent qu’à quelques-unes et doivent élaborer des stratégies compliquées pour éviter de se mettre en danger…

 

En 2007, la CGT a adopté une charte pour l’égalité Hommes/Femmes désormais annexée aux statuts, que tous les militants devraient connaître (mais pas facile à trouver sur le site de la Confédération !!!). C’était un premier pas, auquel s’est rajoutée une fiche dans les repères revendicatifs

 

Une « cellule de veille contre les violences sexistes et sexuelles à la CGT » était ensuite mise en place à titre expérimental par le collectif « Femmes mixité », avec un succès mitigé. Nous publions ci-contre un compte rendu de 2016 (il y a deux ans) qui fait le point du lancement de cette cellule.

On peut imaginer que la création du groupe Facebook vient dans la continuité de cette cellule, face à la perpétuation de comportements inacceptables en interne.

 

Contrairement à ce qu’imaginent certains, le sexisme et le machisme n’épargnent pas le milieu militant. Et pas qu’à la CGT. Dans les organisations syndicales (jusqu'à Solidaires), les partis politiques (même les plus radicaux en parole), les associations, les hommes se retrouvent souvent aux rôles de direction et le sexisme se manifeste alors de deux manières : soit pour dénigrer les femmes dès qu’elles manifestent des désaccords, ou simplement des velléités d’indépendance politique (car une « militante » n’est pas « un militant au féminin », à méditer…), soit pour revendiquer privilèges et faveurs sexuelles sous couvert de « camaraderie dans la lutte » … une sorte de droit de cuissage du chef en quelque sorte.

Encore récemment, l’association Femmes en Lutte 93 a publié un témoignage d’une militante associative qui racontait ce qu’elle a subi dans son activité militante.

 

Et bien sûr, nous vivons également cette oppression dans la CGT, et il faut mener le combat.
Bien sûr, on trouvera toujours ceux qui diront qu’il faut « régler ça en interne », laver son linge sale en famille quoi… Comme chaque fois qu’il y a des conflits internes d’ailleurs.

Le problème, c’est que ça ne marche pas. Que c’est le prétexte garanti pour continuer sans rien changer. Nous connaissons cela sur les débats d’orientation (et c’est cela qui a amené à la création de ce blog il y a 13 ans), et les camarades de #CGTMeToo en arrivent à la même conclusion.

 

Alors saluons la création de ce groupe, nous invitons toutes et tous les camarades à le rejoindre, à diffuser son existence et ses positions, pour combattre le sexisme et le machisme dans nos rangs !!

Partager cet article

commentaires

Simean 24/11/2018 17:17

Ports et docks