Dossiers

Sommaire et dossiers accessibles
ICI
19 mai 2014 1 19 /05 /mai /2014 09:02

Lundi 19 mai 2014

Ni G.E., ni Siemens, les travailleurs d’Alstom doivent se défendre avec leurs propres forces !

 

Les vagues de restructurations s’enchaînent, les unes après les autres, dans la guerre économique mondialisée. Aujourd’hui, c’est Alstom qui est au cœur de l’actualité, tiraillée entre General Electric et Siemens.

En difficulté – c'est le déclin de l'impérialisme français -, le groupe Alstom met en vente sa branche énergie. Le choix entre General Electric et Siemens a surtout permis aux médias de mettre en lumière les divergences et le partage des rôles au sein de la bourgeoisie française. La logique industrielle et financière (les deux concomitantes, remarquez-le), celle de Patrick Kron le PDG d'Alstom et celle des actionnaires, mène à la firme américaine parce que son catalogue est complémentaire, tandis que celui de l'allemande est identique. Patrons et actionnaires choisissent la mise en commun des richesses, avec GE, contre un sauvetage de la misère, avec Siemens.
La logique du gouvernement est différente, elle est plus politique et stratégique. Elle vise la construction de l'Europe dans la concurrence avec l'Amérique et l'Asie. Quitte à créer des doublons et à terme plus de suppressions d'emplois. Ce qui est remarquable à ce niveau, c'est que les travailleurs, spontanément, sont plutôt du côté des patrons et des actionnaires, et contre l'Etat.

 

Sortant apparemment de ce dilemme, les syndicats et partis de gauche demandent à l'Etat de jouer un autre rôle, engager son propre capital. Thierry Lepaon, le secrétaire général de la CGT, a déclaré sur RMC-BFM : « Je pense que l'Etat doit rentrer dans le capital. L'Etat, c'est ce qui assure la stabilité. » Tous les syndicats – enfin les cinq représentatifs – partagent cet avis. Ils l'ont exprimé dans un communiqué le 30 avril au sortir d'une entrevue avec Montebourg. Sans même évoquer la question des emplois. Leur souci, c'est la « consolidation d'Alstom dans son intégrité et son indépendance », ce qui nécessite « la montée de l'Etat au capital d'Alstom ». La « montée » parce que l'Etat y détient encore 0,9%.

 

Le retour des nationalisations ?

Que les nationalisations aient été le plus souvent temporaires, l'histoire de l'Alstom suffirait à elle seule à l'illustrer. Son ancêtre, la CGE (devenue Alcatel-Alsthom en 1991) a été nationalisée en 1982, et reprivatisée cinq ans plus tard. Pour le plus grand bénéfice – c'est le mot – des capitalistes. Bien indemnisés en 1982, ils ont redispatché leurs capitaux dans des branches plus juteuses. Et ils ont retrouvé en 1987 une affaire rentable.
Autre épisode, en 2004-2006. Au bord de la faillite, le groupe est en négociation avec Areva, et avec Bruxelles. Sarkozy se présente en sauveur – on voit le résultat aujourd'hui ! - et il engage l'Etat dans le capital – on ne lésinait pas sur les dépenses avec lui -, puis, deux ans plus tard, refile le bébé à son ami Bouygues, qui devient avec 25,1% le principal actionnaire. C'est lui, Bouygues, qui en se retirant aujourd'hui est à l'origine de la crise du groupe.
Que l'Etat soit, dans des opérations comme celle-ci, un repreneur capitaliste comme un autre, aux épaules un peu plus larges que d'autres et c'est tout, la meilleure preuve en est qu'il est le premier licencieur du pays, le champion des suppressions d'emplois. Et son rôle de conseil d'administration national de tous les capitalistes lui dicte des conditions avantageuses... pour les autres, dans toutes ces opérations de nationalisations-privatisations, sachant que la facture, en définitive, est pour les contribuables.

 

Que défendre ?

Nous publions ci-dessous un très bon tract de la CGT Alstom Grid de Massy qui fait le point sur cette nouvelle restructuration, renvoie General Electric, Siemens, la direction d’Alstom et le gouvernement dos à dos et affirme la défense des intérêts des travailleurs en comptant sur ses propres forces ! Voilà la voie à suivre !!!

 

Partager cet article

Publié par Où va la CGT ?
commenter cet article

commentaires